AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notre seconde première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Points : 27
MA TÊTE : Aragaki Yui
J'AI : 21 ans
JE SUIS : japonaise
MessageSujet: Notre seconde première rencontre   2016-06-18, 22:22

La rentrée datait d'il y a déjà deux mois, deux mois que j'étais sur Shinkyo cela signifiait, le temps passe vite quand on y pense. Changement de lieu voulait dire changement de faculté, c'était comme faire sa première rentrée au sein de l'université, comme un premier année alors que moi, j'étais deux années au dessus de lui. C'était bien plus petit qu'à Tokyo mais ça, il fallait s'en doutait mais ce n'était pas plus mal, beaucoup moins de monde et donc beaucoup plus calme, et c'était ça ce dont j'avais besoin, de calme. Cela ne m'avait pas non plus étonné de voir des gens totalement barrés dans ma promo, cela sonnait peut-être comme un cliché mais n'oublions pas que j'étais en art, et en art, il faut savoir être expressif à sa manière. Ce nouvel environnement me faisait du bien malgré mon sommeil encore absent, ça me permettait de découvrir un peu le quartier de nuit tout du moins dans les coins qui ne craignent pas trop, je restais une fille et donc malheureusement plus vulnérable. Dernièrement – pour ne pas dire depuis le début de la semaine, j'avais commencé mon job étudiant afin de me mettre un peu d'argent dans les poches et de me fatiguer davantage, grâce à ça peut-être que mon quota d'heures dépassera quatre. Je travaillais donc depuis peu dans le café juste à côté de la fac, choix stratégique car qui dit proche de la fac dit forcément étudiants. N'étant pas ni des plus bavardes ni des plus sociables, ça allait permettre de forcer la main pour de nouvelles rencontres et peut-être enfin une réelle bande de pote. En effet, la rentrée était il y a deux mois et j'étais vraiment dans mon coin, ne cherchant pas vraiment à m'accorder avec les gens de ma promo et m'imaginant très mal accoster quelqu'un au travers d'un bâtiment scolaire, ce n'était absolument pas mon genre. Et puis sans compter que je n'avais pas réellement fini d'emménager, j'avais encore quelques étagères à poser, de la décoration de chez ma mère et un mur à remettre au goût du jour. Sans parler de mes tableaux que je devais encore ramener, ça en fait des allers-retours au domicile familial.

J'étais chargée d'ouverture ce matin à sept heures, le temps de tout mettre en place et que les premiers clients en général vers la demi-heure puisse être correctement servis. J'aimais bien ce travail, ça demandait certaines responsabilités et cela m'occupait l'esprit car même si plus d'un an s'était écoulé, la blessure saignait encore. Mon collègue, un autre gars de la Shinkyo Daigaku vint prendre son service à dix heures, contrairement à moi, il était de journée, j'avais un cours cet après-midi à treize heures trente.
C'était une matinée assez fluide, et le fait qu'il s'agissait d'étudiants était arrangeant, ils ne se cassaient pas la tête pour un oui ou pour un non et c'était ce qui me plaisait vraiment, certainement qu'en ville ça aurait été différent et plus stressant, or mon docteur avait été clair : éviter le stress, mes crises d'angoisse étaient encore un problème et l'on pouvait très vite me faire entrer dans une crise de panique.

Onze heures, le café n'était pas plein mais nous sentions que nous approchions des heures du midi, certains venaient nous acheter des sandwichs ou autres collations pour tout de suite repartir, d'autres venaient profiter d'un thé entre amis et certainement resteraient-ils pour profiter d'un met chaud à midi. Trois clients entrèrent à ce moment là, deux filles et un garçon qui se mit à une autre table, tout seul. Je pris mon carnet de bons et m'en allai voir les deux nanas – question de principe – mais je m'inclinai devant l'étudiant à la fois pour le saluer et pour m'excuser, « j'arrive tout de suite d'accord ? », après je partis m'occuper des jeunes demoiselles, faisant à aller-retour entre le bar et leur table pour préparer et ramener leurs consommations, avant de me diriger vers le grand brun assis sagement sur la banquette, « qu'est-ce que je peux te servir ? » dis-je de façon professionnelle, avec un sourire professionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Notre seconde première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Notre alimentation
» 'BillClinton,otez-vous de notre soleil'UN TEXTE QUI CHATOUILLE LES PLEURNICHEURS
» Notre Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOKYO REBORN :: SHINKYO :: Quartier Nord :: Shinkyo Daigaku-