AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-09, 14:52



Your freedom's not free and dumb

The day that love opened our eyes
We watched the world end
We have "high" places but we have no friends
They told us sin's not good but we know it's great War-time full-frontal drugs, sex-tank armor plate


Lorsque la nuit tombe, les loups sortent, s'échappent de leurs tanières afin de terroriser la nuit, accompagner par le doux chant du corbeau dans cette forêt cruelle et sans avenir pour ses personnes qui suivent les traces du lièvre dans l'espoir d'être récompensé un jour, survivre de ce mal, de la pourriture laisser par les chacals qui sans scrupule laisse derrière eux les traces de leurs exploits, signifiant a ces pauvres animaux qui vivent de jour ; nous existons, et ceci bien malgré le faite que vous ne nous voyez pas. Vive sans l'espoir de ne point croiser notre chemin. La nature est cruelle, ce monde est cruel et bien qu'une bonne partie de ce vécu est causé par le hasard des cartes, telle une roulette russe qui nous prend par surprise, jusqu'à ce que finalement le BANG finisse par sonner tout près de notre oreille, seulement il est souvent trop tard. Les choix diffèrent les possibilités, les chances tout en prenant en compte le hasard des choses, mais, surtout ceux qui créent leurs propres hasards, une carte se glisse si facilement sous une manche, une diversion se fait avec tant de facilité. Nous créons notre chance, seuls les faibles n'osent point prendre cette chance par peur d'être victime de la justice.

Si tu hésites, tu finiras par être baisé. Que ce soit les loups ou bien le lièvre, tu finiras le cul en sang.

Ce fut le son de la voix grave de Sakki qui ce fit entendre, celui-ci venant peine de rentrer dans le bureau du Black Room au sous-sol, derrière cette grande porte de fer qui semble impénétrable. Habile comme a son habitude de vêtements noirs, de ce regard sombre et cette impression de détachement stoïque qu'il apporte a bien des choses dans la vie, d'on la vie elle-même semblerait-il. L'ancien assassin vint échapper ses paroles à son partenaire alors que celui-ci était tout simplement installé au bureau, probablement en train de faire de la comptabilité. Pourquoi lui offrir de telles paroles? Simplement pour lui rappeler dans quel monde il vie, le pourquoi il ce retrouve aujourd'hui dans ce bar en compagnie de Sakki, mais, surtout lui rappeler sa place dans toute cette histoire. Il n'a point rare que le japonais cette montre étrange, perturbante ou voir violent a l'égard de Chisei, mais, tout ceci sans nécessairement être direct et puis bon, faut le dire l'alcool aide beaucoup afin que sa langue soit un peu plus pendue qu'en temps normal, et ceci bien que ses paroles ne soient point plus agréables que lorsqu'il est sobre. Sakki n'aime point le jour, le soleil, préférant de loin la douceur de la nuit, cette tranquillité et ce Nouveau Monde construit juste pour lui. Vivant pratiquement que de nuits dans laquelle il devient telles une ombre, qu'un souvenir, qu'un simple présage ou bien une illusion tandis que le voleur lui sort du décor tel un feu de forêt et ceci de jour comme de nuit.

Une cigarette aux lèvres, il l'attrapa de ses doigts afin de l'éloigner un moment de son visage, la fumer s'extirpant par les narines de l'ancien yakuza. Ignorant pour le moment le coloré, il ce dirigea jusqu'au mini bar qui ce trouve dans le bureau afin d'y prendre un verre, le posant tout près de lui pour ensuite prendre une bouteille de fort, remplissant de son contenue son verre qu'il remplit presque jusqu'a son rebord afin de laisser le breuvage brun translucide y faire son apparition. Reposant la bouteille qu'il referma, il prit le verre de sa main libre, y prenant une bonne gorgée, grimaçant légèrement pour suite a cela reporter le bâton de péché jusqu'a ses lèvres, sortant de la pièce sans accorder le moindre regard a Chisei, laissant comme simple attention un nouveau commentaire tout aussi jovial que le précédant.

Les plus faibles sont là pour justifier l'existence des plus forts

Suite a ses paroles, disons crut, il sortit de la pièce afin de ce retrouver dans leur réserve au sous-sol, toutes les caisses et les tonneaux d'alcool s'y trouvant et avec au centre, rien de mieux que cette table, cette vieille table ronde en bois entouré de chaise avec laquelle ils jouent aux cartes avec les quelques chanceux qui ont la chance. Bien attendu un fauteuil, un vieux fauteuil en tissu ce trouve un peu plus a l'écart, celui de Sakki dans lequel il vint justement y prendre place, bien confortablement afin d'y fumer, d'y boire un peu avant de monter et s'occuper des clients, si l'on peut dire la chose ainsi.


© 2981 12289 0


Dernière édition par KOROSU Sakki le 2015-01-12, 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-09, 23:56

You're as pretty as a Swastika

Akamatsu Chisei était tranquillement en train de faire les comptes pour le bar, histoire de vérifier que tout va bien. Même s'il n'en doutait pas trop étant donné le pactole qu'il avait empoché en compagnie de Korosu ainsi que l'argent qu'ils récoltaient de façon moins honnête qu'en vendant des verres à des types pas toujours très nets, il préférait être sûr que tout allait bien et que personne ne touchait à l'argent. En parlant de « personne », ça inclue Sakki tout autant que quelque pirate ou voleur qui voudrait jouer au plus malin avec eux. Paranoïaque vous dites ? ... Rappelez-moi comment ils ont gagné leur fortune au juste ? ... Voilà, très justement.

L'homme aux cheveux roses était donc entouré de paperasse classée dans un bazar pourtant parfaitement organisée. L'une de ses fines et longues jambes était passée sur l'autre et son pied lourdement chaussé d'une godasse à talon compensé remuait dans un rythme régulier qui lui permettait de se concentrer plus facilement. Ainsi, il était parfaitement tranquille, dans son monde fait de chiffres et de pognon mais il est bien connu que la tranquillité n'est éternelle que lorsqu'on crève alors, bien évidemment, la grande porte métallique s'ouvrit sur une personne que Chisei n'eut pas à regarder pour reconnaître. A vrai dire, il n'y avait que lui et l'autre gérant du bar qui avaient la permission de mettre les pieds ici et puis... Le Rose reconnaîtrait la présence, une sorte d'aura, de Sakki entre mille. Et puis son pas traînant était parfaitement distinctif également. Cependant, pris dans son occupation, le plus jeune ne pensa pas à saluer son collègue et ne se déconcentra de sa tâche que lorsqu'il entendit la voix grave de ce dernier qui s'adressait à lui, soudainement, comme ça, prononçant des mots dont il ne compris pas réellement l'utilité surtout à cet instant là. Et c'est à cet instant là qu'il posa son regard sur le brun.

Mais qu'est-ce qu'il raconte ? se demanda le Coloré en arquant un sourcil, l'air perplexe. Certes, ces paroles avaient un sens certain ou ne serait-ce qu'un certain sens mais il ne voyait pas du tout où était le rapport avec... Tout de suite. Définitivement, Chisei n'aurait jamais la capacité de comprendre cet homme avec qui il se retrouve coincé pour encore longtemps, voire même pour toujours. L'homme travesti cessa de faire remuer son pied et, alors qu'il aurait parfaitement pu rester sans rien dire, répondit de sa voix moins grave et naturellement suave :

« Ça tombe bien, je ne suis ni un loup, ni un lièvre. »

Il ne prononça ni plus ni moins de mots, sans la moindre agressivité ni moquerie, son ton était celui du constat, comme s'il ne sentait absolument pas concerné par ce que l'autre venait de lui dire. Bien qu'il aurait pu dire bien autre chose par rapport à la littéralité de ses paroles mais il ne le fit pas non plus, ne mettant pas sur le tapis cet événement douloureux durant lequel Sakki a été le bourreau et Chisei la victime. Voyant que l'autre l'ignorait à présent, Akamatsu le quitta des yeux pour se pencher de nouveau sur les relevés bancaires en silence. Regarder l'alcoolique se servir certainement son énième verre de la journée n'avait rien de très intéressant ni de constructif, les jolis chiffres sur le papier étaient davantage passionnants que monsieur le croque-mort. Et puis encore une fois, comme s'il prenait un malin plaisir à déconcentrer le plus jeune, le brun sortit une citation qui résonna aux oreilles de Chisei comme une phrase toute faite qu'il aurait pêché on ne sait où. Cette fois-ci, le Rose ne prit pas la peine de répondre ni même de le regarder tandis qu'il l'entendait sortir de la pièce en ne laissant derrière lui qu'une odeur de tabac froid qui plane dans l'air.

Le voleur voulu se concentrer encore un moment sur ses grilles mais il n'en eut plus vraiment le courage. Le travail, c'est un peu comme la course d'endurance, quand on s'arrête pour une raison X ou Y c'est toujours plus compliqué de repartir et de continuer. Il poussa un long soupir et décida d'aller voir ce que son camarade était en train de faire. Tranquillement, il se leva et passa la porte de la petite pièce sans se presser, se glissant par la même occasion dans la réserve sans faire de bruit. Malgré la semi-obscurité qui règne en maîtresse dans la pièce et les vêtements sombres du plus vieux, Chisei n'eut aucune difficulté à le voir assis dans son vieux fauteuil avec toujours cette volute de fumée qui s'élève bien au dessus de sa tête et se compacte en nuage au milieu de la pièce non-aérée.

Dans un silence d'église, l'ex-escort s'avança en direction de l'homme aux cheveux sombres. Allez s'avoir pourquoi, il se glissa derrière et appuya son torse contre le dossier pour poser ses mains sur les épaules de Korosu, débutant un massage. Peut-être qu'il pensait que ça allait le détendre un peu et le faire cesser de tirer la tronche mais pourtant, il savait parfaitement que c'était impossible. Sakki semble bien trop ancré dans son humeur pourrie et ce chaque jour de sa vie, un peu comme une femme qui a ses menstruations, sauf que l'ex-Yakuza, c'est trois cent soixante-cinq jours par an. Certes, Chisei appliquait tout de même ce talent qu'il avait acquit par le passé, ce réflexe d'ancien escort justement. Ses doigts savent parfaitement où appuyer et quel toucher donner avec une certaine sensualité qui pourtant, ne l'a jamais mené plus loin que de simples touchers... Avant.

« Qu'est-ce que ça veut dire, ces paroles que tu m'as adressé ? Tu t'ennuies assez pour venir me dire des bêtises ? »

Non mais attends, qu'est-ce que je fais, là ?! raisonna-t-il enfin alors que le souvenir perturbant de cette désagréable première fois - non-consentie en plus de ça - lui revint en tête. Il se demanda pourquoi il se montrait gentil comme ça après un tel sale coup et même en général, il n'avait plus à faire ça, il n'était plus escort. C'est quand même dur d'oublier les vieilles habitudes. Mais là... Il grimaça légèrement alors que le brun ne le voyait pas puis il retira ses mains pour aller s'asseoir sur l'une des chaises autour de la table de jeu, se retrouvant alors à cheval dessus, le torse appuyé contre le dossier puis face au plus vieux à qui il ne put s'empêcher d'adresser un sourire qui, il le savait parfaitement, ne lui serait pas rendu.

Sachant que l'autre n'aimait pas spécialement bavarder, Chisei ne chercha rien à dire, il préféra se taire. Pas qu'il en avait spécialement quelque chose à faire lorsque Korosu lui assène de sèches répliques lui signifiant bien qu'il l'emmerde mais il n'avait pas envie de se fatiguer, alors il attrapa son propre paquet de cigarettes et s'en alluma une comme il le faisait souvent, mais toujours moins que son vis-à-vis. Bientôt, les deux fumées se mêleraient dans le nuage déjà présent et d'ailleurs, presque toujours présent dès qu'il y a quelqu'un dans ce sous-sol. Le Rose ne quitta pas son collègue des yeux et posa son menton contre le haut du dossier de la chaise, cela lui donnant comme un air d'enfant puni par sa mère. Alors que, non, son visage n'avait rien de boudeur, il était simplement neutre car, franchement, être avec Sakki n'est pas toujours bien passionnant.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-10, 04:27



Your freedom's not free and dumb

The day that love opened our eyes
We watched the world end
We have "high" places but we have no friends
They told us sin's not good but we know it's great War-time full-frontal drugs, sex-tank armor plate




Clairement, je dirais plutôt un agneau.

Qu'il murmura pour lui-même ne sachant point si le jeune homme l'avait entendu ou non, mais, c'est réellement l'image qu'il ce fait du jeune voleur alors qu'au faite il s'agit peut-être plus d'un renard déguisé en agneau afin de mieux laisser ses ruses ce glisser dans l'esprit de ses victimes. Bien que Chisei cette montre bien docile a l'égard de l'ancien Yakuza il sait fort bien qu'il n'ait ainsi avec personne d'autre, que cette humeur soumise qu'il porte a son égard n'ait nulle autre que le privilège ou plutôt la cause de cette fameuse fois, cette unique fois qui bien malgré le temps reste marqué dans la mémoire de l'ainé qui a bien apprécié la chose et il pourrait presque se risquer a croire qu'il s'agissait de sa première fois, étroite comme il fut, nul doute que ce n’était point dans ses habitudes.

Quittant la pièce pour tout simplement laisser son collège a ses occupations, la comptabilité, chose qui est bien loin d'être une chose dans laquelle Sakki excelle, bien qu'il sache très bien y percevoir les magouilles, disons plutôt que cela l'emmerde profondément, le pourquoi que le coloré est celui qui s'occupe de tout cela tout comme il est celui qui s'occupe des commandes et des négociations... En résumé, tout ce qui est de l'administration du bar que Korosu a choisi, et ceci bien malgré son collègue qui lui aurait préféré quelque chose de plus.. . agréable, il ne fait pas grand-chose sauf peut-être boire les alcools qu'ils achètent pour l'établissement, ce gênant point pour prendre une bouteille et tout simplement partir avec, eh puis bon qu'est-ce que Chisei va faire pour l'en empêcher? Lui coller son poing? Il ne demande que cela le voir faire cela afin de lui donner une bonne raison de lui faire courber l'échine de nouveau et profiter de son délicieux corps.

Une fois qu'il eut pris place sur son vieux fauteuil, le japonais laissa son corps si engouffré, celui-ci ayant eu le temps d'être marqué par l'empreinte de celui-ci. Nulle autre que lui y prend place, ce fut l'erreur d'un homme, il y à peine une semaine de cela qui fut invité a l'une des parties de cartes organisées par Chisei. Il comprit bien rapidement et ceci bien malgré lui dont ce siège est défendu a qui compte... Faut le dire, une fois que l'on finit couché sur le sol, la mâchoire bien démolie et quelques dents contrent le sol, le message passe très bien. Ce ne fut point long avant que le voleur vînt rejoindre l'assassin, celui-ci se glissant derrière lui. Il sentit bien son corps ce coller contre le dossier tout comme il fut presque surpris de sentir ses mains ce glisser contre ses épaules afin de lui offrir un massage comme lui seul semble en avoir le secret, tout comme il est le seul qui peut approcher Sakki sans éveiller en lui une méfiante et son sens de la riposte au moindre faux mouvement. Fermant les yeux, il laissa la fumer s'échapper d'entre ses lèvres, ce laissant bercer par ses caresses expertes e bien que le tueur soit d'une nature froide et insensible, il est comme tout homme imparfait et l'appel de la luxure fait partie de ses péchés, tout comme l'alcool qu'il consomme sans modération puisque l'ennuie la porte depuis déjà de nombreuses semaines, cette nouvelle vie étant bien moins active que son ancienne.

Ce fut justement lorsqu'il eut l'effluve de cette odeur douce et sucrée de l'homme efféminé qui lui masse les épaules qu'il attendit de nouveau sa voix, celui-ci lui demandant justement le pourquoi il lui a dit de telles paroles tout comme cette supposition qu'il s'ennuie. Un soupire ce laissa entendre, un faible soupire rauque et neutre. Il se redressa légèrement et vint prendre une gorgée de son alcool, puis une autre pour finalement lui répondre au moment où celui-ci retira ses mains de contre lui, chose qui agaça l'ancien Yakuza qui appréciait bien la chose.

Juste un rappel, histoire que tu te souviennes de ta place.

Qu'il lâcha sèchement, son regard glissant sur l'autre homme qui refit son apparition devant lui afin de prendre place sur une chaise en face de Sakki, celui-ci l'observant en silence sans rien rajouter, observant toujours et sans le moindre mot le voleur et ceci jusque,a ce qu'il ce soit semblerait-il confortablement installé avec une cigarette a la main. Ce fut au bout d'un moment de silence qu'il calla son verre, écrasant le restant de son bâton de péché dans le cendrier qui ce trouve tout près de son fauteuil, celui-ci en permanence pleine et qu'il ce leva, tranquillement, de cette démarche nonchalante qu'il semble avoir depuis toujours. Il marcha jusqu'à Chisei et vint lui empoigner le menton, redressant son visage afin que celui-ci le regarde, utilisant son autre main pour venir caresser sa joue, puis le bord du cache-oeil.

Est-ce toujours douloureux?

Qu'il demanda, curieux, car bien qu'il ne soit point attentionné, qu'il soit un salopard de première, qu'il pense a lui avant toute autre chose, il y a bien une chose pour laquelle Chisei peut être reconnaissant et apprécier au sujet de brun ; il est protecteur à son égard et ne tolère point qu'une personne lève la main sur lui et ceci dès cette fameuse journée ou ses mots c'étaient pris a lui, ceux-ci le torturant sans ménagement. Est-ce qu'il l'avait pris en pitié? Ouais, évidement, mais, c'était tout aussi lâche de la part de ses hommes de s'en prendre de cette manière a un homme aussi faible que lui a trois contre un. S'il n'avait pas faite son apparition, il aurait probablement perdu son oeil et non pas simplement une bonne partie de la vue. C'est donc après ce moment de tendresse, si l'ont peut dire cela ainsi, mais, venant de Sakki, c'est bien le plus proche que la seule personne qui semble y avoir droit peut obtenir. Il ce décolla de lui avant même qu'il ne lui répondre et lui vola sa cigarette, la glissa jusqu'a ses propres lèvres et retourna prendre place sur son fauteuil, laissant la nicotine enivrer ses poumons pour par la suite laisser la fumer s'échapper par ses narines. Son regard se posa de nouveau dans celui de l'autre japonais.

Danse pour moi.

La chose pourrait être perçu comme une demande, mais, de la bouche de Sakki tout sonne toujours comme un ordre, un conseil bien rauque et sans réelle possibilité d'esquive, mais, cela Chisei deal avec la chose depuis déjà un moment, il doit commencer a y être habitué. Pourquoi lui demander cela? Parce qu'il a toujours apprécier la beauté de son corps, de cette féminité qui lui va s'y bien et bien qu'il ne le lui a jamais dit, cela fait partie des raisons du pourquoi il le garde près de lui ; une necesecité tout comme un plaisir gourmand pour les yeux.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-11, 01:20

You're as pretty as a Swastika

Chisei eu vaguement conscience de la frustration de son collègue lorsqu'il rompit le mince contact de ses mains sur ses épaules, préférant aller s'asseoir à une bonne distance de lui mais sans pour autant refuser de lui faire face. Un vague sourire passa sur les lèvres de l'homme aux cheveux roses lorsque la réponse de son vis-à-vis parvint jusqu'à ses oreilles lourdement percées. Et c'est sans attendre quoi que ce soit qu'il répliqua, sans même avoir à réfléchir à une réponse :

« Mais je sais parfaitement où elle est, ma place. »

Son ton fut doux mais assuré, ne laissant aucun doute sur le fait qu'il savait parfaitement où il en était sans toutefois donner la moindre précision. C'est une habitude chez lui de ne jamais donner plus d'informations que nécessaire. Et puis, à son jugement, Sakki n'avait aucun besoin de savoir ce qu'il pouvait penser et même si ce dernier souhaitait probablement connaître plus de choses sur les pensées et les projets du Coloré, ce dernier ne lui en disait jamais rien, préférant tout garder pour lui, bien au fond de sa petite tête rose. Le jeune homme pouvait à certains moments se montrer très loquace mais il savait toujours parfaitement ce qu'il disait. Pas folle la guêpe !

Au final, alors que le brun semblait si bien installé dans son fauteuil attitré avec lequel il se montrait sûrement plus possessif que s'il avait une jolie fiancée, il se leva et se dirigea vers le plus jeune qui n'eut pas le moindre mouvement de recul, il se contenta de tirer une bouffée de sa cigarette, imprimant un peu plus le filtre du rouge à lèvres rose sombre qu'il a utilisé pour mettre en valeur sa bouche telle celle d'une ravissante poupée de porcelaine. En un rien de temps, l'ancien Yakuza s'était posté face à Chisei qu'il avait rabaissé sa cigarette quand il vit cette main qui s'approchait de son visage et qui finit même par se saisir de son menton, lui faisant alors lever la tête. Il ne lutta pas contre le mouvement forcé et leva son unique œil valide et à découvert sur le visage pas si laid de son vis-à-vis qui venait à lui caresser la joue de son autre main, frôlant le bord du cache-œil qui est maintenu hors de toute fantaisie et de customisation visant à le rendre plus mignon. Non, cet objet restait noir, désespérément noir comme une grosse tâche qui planque une partie du visage de poupée. Et ce cache-œil, Akamatsu ne le retire jamais devant qui que ce soit. Il gardait jalousement le secret de cette partie abîmée de son être qui l'a tant fait souffrir par le passé. La tête du Rose se pencha presque imperceptiblement pour que son visage vienne à la rencontre de ce toucher d'une douceur bien rare, tandis que de la fumée s'échappait paresseusement d'entre ses lèvres en direction de la face de son collègue qui le questionnait.

Puis sa cigarette s'envola en même temps que cette caresse bien trop éphémère à son goût, il n'avait à présent que l'arrière goût d'une simple hallucination, un jeu que lui aurait joué son cerveau. Cela ne l'empêcha pas de suivre l'autre homme du regard tandis que ce dernier retournait s'asseoir sur son fauteuil sacré. Avec un léger sourire aux lèvres et bien que le plus vieux n'ait point attendu sa réponse pour se détourner de lui, il décida de tout de même lui en donner une :

« Non... »

Ce n'était pas tout à fait la vérité mais ce n'était pas totalement un mensonge non plus que le Coloré venait de servir à son camarade. A vrai dire, tant qu'il portait ce cache-œil ça allait parfaitement bien mais lorsqu'il le retirait, il avait l'impression que son œil qui ne ressemble plus tant que ça à un œil normal était agressé par... A peu près tout. Son organe lui était absolument inutile et même parfois gênant tant sa vue n'était qu'un flou beaucoup trop lumineux pour qu'il puisse le supporter dès que la lumière se fait un peu vive. Mais malgré cet ennui, il ne pourrait probablement pas se résoudre à le perdre totalement. Psychologiquement, il aurait bien trop de mal à le supporter car déjà, il avait bien du mal à digérer son état malgré tout le temps qui est passé depuis la séance de torture dont il a été la victime. Et bien sûr, parce que ça coule de source, Chisei s'en cache bien et fait mine de rien à la perfection. Talentueux comédien.

Un instant, Akamatsu fixa sa cigarette au filtre maquillé par ses lèvres être calée entre les lèvres de Sakki et cela le laissa pensif. Du moins, pas réellement pensif, il ne pensait à rien justement, il se déconnecta momentanément et ce jusqu'à ce que Korosu fasse entendre sa voix encore une fois. Danser pour lui ? répéta-t-il dans sa tête, un peu surpris de la requête de ce croque-mort alcoolique qui lui faisait face. Son ton était de celui qui ordonne et Chisei, pour avoir la sécurité, une vie sauve et garder sa part de flouze, lui offrait cette soumission probablement bien trop polie pour être honnête. Mais qui sait ce qui lui passait par la tête ? Et puis, danser pour un homme, ça ne serait pas la première fois qu'il le ferait c'était une demande qui restait possible et dans ses cordes.

C'est alors que, tranquillement, il se leva. Son élégance ne quittait pas son corps alors que sa position et tout ce tissus qu'il portait entre et autour des jambes aurait du l'embêter pour se retirer de la chaise. Ce ne fut pas le cas, c'est une question d'habitude et de savoir faire. Chisei aurait probablement dû être une femme, comme s'il y avait eu erreur à la naissance mais, s'il en avait été une, se donnerait-il tant de peine pour être si gracieux et féminin ? Rien n'est moins sûr, il faut bien le dire car la paresse étant l'un de ses défauts, il serait fort possible qu'il se repose tout simplement sur ses acquis.
Le Rose ne se formalisa pas une seconde du manque de musique dans cette pièce en sous-sol et s’exécuta pour le regard de son collègue, se déhanchant gracieusement sous ses yeux d'homme libidineux comme il l'avait déjà fait par le passé pour d'autres. Son corps se mouvait sur une chanson qu'il avait en tête et dont il ne suivait pourtant pas forcément le rythme, l'esthétisme passant forcément avant. Il jouait avec ses vêtements qui semblaient avoir été conçus spécialement pour lui mais bien sûr, il ne retirait rien. Il ne retirerait rien. Si Sakki n'avait pas été Sakki, probablement qu'il l'aurait invité. Pas forcément à danser, mais au moins à se lever, à poser ses mains contre sa taille, contre ses hanches mais cet ex-yakuza étant ce qu'il est, le plus jeune ne s'y risqua pas une seule seconde. Cependant, tout en effectuant ces gestes sensuels qui lui donnent un aspect félin, il s'approchait de Sakki pour finalement s'arrêter à quelques centimètres de lui et cueillir ce qu'il restait de son tube de nicotine des lèvres de l'homme afin de la remettre entre les siennes et tirer une longue bouffée qu'il lui souffla en plein visage avec cette envie soudaine de le taquiner avant de se reculer de quelques pas, avec la conscience qu'il faut se montrer prudent.

« Satisfait ? » demanda-t-il calmement alors qu'il avait cessé cette dance qui avait duré une bonne dizaine de minutes.

Il était sûr que Korosu avait une vague idée du prix qu'il aurait fait payer à n'importe qui d'autre juste pour ça et pourtant à lui, Chisei ne réclamait rien, un peu comme s'il le lui devait. Peut-être qu'il le lui devait. Le Coloré a beau être sûr de tas de choses, certaines notions restent pour lui encore totalement floues, autant que quelques opinions, quelques pensées qui se forment à l'égard de son collègue.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-11, 04:00



Your freedom's not free and dumb

The day that love opened our eyes
We watched the world end
We have "high" places but we have no friends
They told us sin's not good but we know it's great War-time full-frontal drugs, sex-tank armor plate





Bien attendu il remarqua cette pression qui ce fit contre ses doigts, l'appréciation de cette démonstration de douceur qu'il est capable d'offrir lorsqu'il le désire, chose qui n'arrive point souvent, mais, faut le dire cette petite manoeuvre est simplement due a cette protection qu'il a a l'égard du jeune homme qui pourrait être motivé par une possessivité non avouée tout comme cela peut être tout aussi bien causé par se désir qu'il possède envers le corps qu'il a exploré une fois, et ceci bien malgré que ce n'était point dans les plans de Chisei, la chose ce fit en guise de leçon, d'avertissement si l'ont peut dire la chose ainsi. Peut importe la cause ou bien le pourquoi de ce comportement a l'égard du coloré, il est ainsi et cela ne sera point pour changer et bien que pour plusieurs un tel geste puisse paraitre bien tendre, tout comme son comportement a son égard, la chose est probablement bien plus désagréable pour son collègue qui ce retrouve de ce coup restreint dans bien des affaires, vu le caractère de l'ancien Yakuza qui ne laisse point place aux changements qu'il n'approuve pas.

Lorsqu'il eut repris place sur son trône de tissus, son regard toujours posé avec cette insensibilité dans le regard de son interlocuteur, il fut bien heureux de pouvoir savoir que cela ne lui fasse pas mal, ce doutant bien que pour cela il doit probablement prendre des médicaments ou bien autre chose afin de calmer la douleur certainement présente par moment, mais, encore cela ne le concerne point et plus encore, il ne ce fera pas de sourcil pour cela. Sakki serait le premier a lui enfoncer un doigt dans l'oeil que pour lui démontrer qu'il est supérieur a lui si les choses ne tournent pas comme il le désire alors bon est-ce vraiment qu'il s'inquiète a son sujet? Pas réellement.

La pièce sombre, causée par l'éclairage qui est bien loin d'être adéquate pour un établissement, la chose étant fort probablement non conforme aux règles, l'odeur de cigarette qui ne cesse de faire son empreinte sur les murs, les meubles, chaque morceau de tissus qui ose y mettre les pieds et ceci principalement par le brun qui fume beaucoup trop, a lui seul il doit faire la fortune du dépanneur pas très loin de l'appartement ou Chise et lui habite par cette mauvaise habitude qui lui va pourtant si bien. L'odeur d'alcool qui fut renversé sur le sol rajoute a cet espace un petit plus en humidité qui pourrait déplaire a bien des gens qui accordent peut-être un peut trop d'attention a l'esthétisme, tels que le voleur qui n'approuvait point l'achat d'un tel bar qui pourtant est la couverture parfaite ; la filature ainsi que la discrétion étant dans les compétences du tueur.

Sakki ordonna au plus jeune de danser pour lui, de lui offrir une danse comme il le faisait autrefois, une chose qui normalement serait bien couteuse pour le plus commun des mortels, bien attendu le japonais est bien loin d'être le plus commun des mortels et encore moins une personne qui va s'arrêter pour une question d'argent alors qu'il sait ce montrer bien plus convainquant qu'une mallette pleine de billets verts. Bien attendu comme il s'y attendait, le plus jeune le fit, et ceci bien qu'il eut un moment d'innation, l'important est bel et bien le résultat et non pas le moyen pour l'atteindre. Il fut gracieux, tel un félin, érotique par moment bien qu'il garda une gêne, ne retirant aucun morceau de tissus, aucune partie de son corps ne fut dévoilée. Bien qu'il n'y avait pas de musique, celle durez de chaussez étant pratiquement inaudible de l'endroit ou ils sont, celle-ci durera près d'une dizaine de minutes, et ceci pour le plaisir du tueur qui profita sans scrupule de cette démonstration, des mouvements que lui offre le coloré. Bien attendu, le regard du trentenaire se promena sur son corps, ceci sachant fort bien que celui-ci le remarque vu le manque de subtilité non recherché par Sakki. La danse ce termina par une légère provocation qui n'était point attendue dans les plans de la plus gagée qui regardait le corps de Chisei ce rapprocher de plus en plus du sien, celui-ci reprenant la cigarette qui lui appartenait, mais, ceci pour souffler dans le visage de son collègue qui laissa un regard un peu plus assombrit ce dessiner.

Parce que je semble satisfait présentement?

Qu'il répondit a son commentaire, ayant clairement vue mieux, ceci non pas par le manque de talent du voleur, mais, simplement par la quantité de tissus et le manque flagrant de contact qu'il aurait du rajouter a tout cela, mais, fallait-il réellement qu'il s'attende a ce qu'il le fasse vu les conditions de leurs passés? Il ne fit pas plus attention au renard qui ce trouve devant lui et ce redressa, son verre a la main alors qu'il ce dirigea jusqu'au bureau tout en grognant.

Faut tout faire soit même ici.

Ce ne fut que quelques minutes plus tard qu'il revint faire son apparition avec son verre rempli d'alcool, le portant de nouveau jusqu'a ses lèvres afin d'y prendre une bonne gorgée, fermant les yeux alors qu'il apprécia la chaleur du liquide qui ce glissa le long de sa gorge pour ensuite rejoindre son estomac, chose qui réchauffa tout son corps lentement, mais, surement. Il ne prit pas la peine de retourner sur son fauteuil, préférant marcher jusqu'à l'un des tonneaux de bière qui se trouve dans la pièce afin de s'accoter dessus, portant un regard désinteressé sur la tête rosée qu'il observa un bon moment en silence sans rien dire, murmurant finalement.

Je sors ce soir.

Cette phrase en dit bien plus que ce qu'elle semble le dire... Une personne normale pourrait comprendre qu'il va sortir, faire autre chose, ne pas travailler au bar, peu importe, mais, Chisei le sait très bien que lorsqu'il sort cette phrase, c'est parce qu'il va s'absenter toute la nuit a la recherche de divertissement, quelque chose de bien malsain a faire et peu recommandable et ceci même pour ne personne qui tout comme lui provient du monde du crime. Un meurtre, des bagarres voire même un viol. Peu importe, il trouvera quelque chose avec quoi ce divertir, cette tension, ce manque d'activité le rend plus agressif qu'en temps normal et ces mains commencent a ce faire plus vicieuse, plus réactive qu'en temps normal.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-11, 16:33

You're as pretty as a Swastika

Chisei n'eut pas le moindre mal à constater que Sakki aurait voulu quelque chose de bien plus sexy, des attouchements sûrement, un peu de peau dévoilée pour ses yeux pleins de gourmandise mais il n'en fut rien, telle était la punition pour l'acte qu'il avait imposé au plus jeune qui à présent faisait grandement preuve de réserve face à lui. La réponse du brun ne laissa encore moins de doute quant à sa déception, mais Akamatsu qui aurait pu lui rappeler qu'il ne pouvait absolument pas prétendre à mériter plus que cela, se tut tout simplement tandis que son sourire ne quittait pas ses lèvres. Le Rose n'en avait guère à faire de la frustration de son collègue tant que ce dernier ne prenait pas la liberté de se venger sur lui. S'il n'était pas content, et bien, il n'avait qu'à se payer un DVD pornographique, une strip-teaseuse, une pute peut-être ? Ou même se trouver une salope gratis qui sera prête à faire tout ce qu'il voudra dans le but qu'il la visite entre les cuisses juste après. Chisei pensait tout ça mais ne le laissait pas paraître, tout ce qu'il laissait voir c'était bien que le mécontentement de l'autre ne lui était d'aucune importance.

A présent il se contentait de le suivre du regard jusqu'à ce qu'il disparaisse dans le bureau et c'est à ce moment là que Chisei repartit s'asseoir sur la même chose que précédemment mais correctement cette fois ci, ses jambes se croisant comme elles en ont l'habitude. Il décida d'ignorer un peu son collègue inintéressant et de regarder le paquet de cartes qui traînait encore là. Tranquillement, il le prit dans ses mains comme il l'avait fait des milliers de fois, c'était ces cartes qui lui avaient fait gagner bien du pognon bien au dépend de ses clients. Silencieusement, il se remémorait les vieux tours qu'il avait appris dans sa jeunesse tandis que ses mains jonglaient avec les cartes avec l'habileté d'un professionnel. Ça aurait pu être son métier, mais la vie l'avait écarté de cette vocation première qui lui avait pourtant été bien utile pour survivre. Le jeune homme aurait pu être reconnaissant envers celui qu'il appelait papa mais ce n'était plus possible et certainement que ce dernier se retournerait dans sa tombe s'il savait ce que son petit Chisei est devenu, lui faisait toujours son possible pour se tenir le plus loin possible des ennuis et des magouilles.

Dit-il... pensa ironiquement le Rose sorti de ses pensées par une phrase complètement incroyable entendue de la voix de son collègue. Tout faire lui même ? Lui qui branle absolument rien et qui laisse le plus jeune se débrouiller avec le boulot ? Lui qui passe simplement son temps à boire comme un trou et fumer comme un pompier. Il avait beau jeu franchement. Chisei avait incroyablement bon dos pour ne rien dire. Parfois il pensait à quelques mauvais coups relativement bénins qu'il pourrait faire juste dans le but de l'embêter et qu'il se bouge un peu les fesses. Le brun n'était vraiment pas mieux que son collègue au fond : partisan du moindre effort. Akamatsu n'accordait pas son regard à celui qui se prend pour son maître, préférant garder son œil fixé sur les cartes avec lesquels il joue entre ses doigts relativement courts pour la taille de son corps mais tout de même fins sans en être maigres.

La preuve fut donnée une fois de plus quand le vieil aigri sortit cette nouvelle phrase pour indiquer au Rose qu'il allait sortir ce soir. Le voleur savait parfaitement qu'il n'y avait aucun espoir pour qu'il le revoit avant le lendemain. Il se doutait un peu des activités que Sakki a lors de ses sorties et pourtant il n'avait jamais pris la peine de le questionner. Il ne posait pas de questions pour ne pas avoir à donner de réponses à celles qui pourraient lui être posées. Ça marche sur le principe du donnant-donnant. Et puis, l'efféminé avait bien d'autres choses à s'occuper plutôt que les sorties non-constructives de cet imbécile. Et malgré le léger agacement qu'il ressentit - émotion venu de lui-même ne savait où - sa voix resta enjouée quand il répondit sans pour autant lui lancer un regard :

« Et alors ? »

Cela marquait encore une fois cette totale indifférence quand les choses ne le concernent pas. Chisei est une créature vénale et égoïste ; lorsqu'il ne s'agit pas d'argent ou de lui-même, il ne trouve pas d'intérêt derrière les choses. Comme quoi l'éducation n'influe pas toujours sur ce que deviennent les personnes puisqu'Akamatsu n'a pas du tout été élevé à devenir égocentrique et obnubilé par sa personne par le vieux forain.

Contrairement aux apparences et à ce qu'il laisse dégager, le voleur n'a pas de grandes peines à se débarrasser d'un ennui tant qu'il n'est pas immense, il est fragile certes, mais pas totalement inoffensif non plus même s'il prend un plaisir vicieux à le laisser croire par tout le monde. Après tout, c'est tellement plus facile de laisser les autres se fatiguer et se salir les mains à sa place, n'est-ce pas ? Chisei a cette façon de penser qu'il y a deux catégories distinctes : les plus forts et ceux qui se servent des plus forts. Lui fait partie depuis de nombreuses années de la deuxième proposition. Bien que le Rose sache bien que sa vie dépend de celle de Sakki, il ne daignait pas le montrer, préférant jouer l'innocent qui ne sait pas et qui est parfaitement indépendant. Il est hors de question pour lui de montrer quelque attachement réel envers Korosu. Il ne faut pas abuser dans la vie.

« Tu passeras une bonne nuit dans ce cas, et moi aussi même si c'est sans toi. »

Derrière ce « même » se cachait bien sûr un « parce que » mais au lieu de le rejeter comme à peu près n'importe quel autre individu l'aurait fait, Chisei montrait encore une fois que ça lui était égal que son collègue soit-là ou non bien qu'au fond, il se sentait bien plus en sécurité lorsque ce dernier restait dans les parages. Mais en ce moment, le plus vieux se montre réellement désagréable alors c'est pas plus mal pour le Rose de se retrouver seul dans ce cas-là.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-11, 18:48



Your freedom's not free and dumb

The day that love opened our eyes
We watched the world end
We have "high" places but we have no friends
They told us sin's not good but we know it's great War-time full-frontal drugs, sex-tank armor plate




Voilà exactement le genre de réponse qui a pour don d'énerver le japonais qui laissa un bref élan de frustration ce dessiner dans son regard suite a cette simple et unique parole qui fut tel du gaz dans un feu, la chose ne fit qu'amplifier cette hargne déjà bien présente dans l'esprit de l'ancien yakuza qui bien attendu sait fortement que ce propos n'ait point lancé en pic ainsi par le hasard des choses, le voleur est beaucoup trop rusé, il prends un peu trop soins du sens des mots qu'il laisse sortir d'entre ses lèvres, comme si la moindre de ses paroles serait calculée et bien réfléchis, laissant jamais place a une réelle spontanitié, du moins, Sakki perçoit la chose ainsi. Le regard du brun fut donc assombrit, jetant un regard noir en direction de celui-ci bien qu'il ne le regarde pas, chose qui eu pour effet de simplement lâcher un faible grognement bien démonstratif de son humeur alors qu'il ce décida de prendre une bonne gorgée de son verre au lieu de répliquer quoi que ce soit. Non pas qu'il ne souhaite point affronter le plus jeune, simplement qu'il n'ait point le plus grand amateur des joutes verbales, la chose lui faisant bien plus perdre patience qu'autre chose, n'ayant jamais été un homme de discussion ou bien tout simplement de négociation, le silence, la solitude étant généralement de meilleure compagnie qu'une personne, bien qu'il c'est accoutumé de la présence de Chisei bien que celle-ci fut plus ou moins causée par Sakki lui-même. Certes ils auraient pu tout simplement diviser cette fortune qu'ils ont volée et ne plus jamais ce revoir par après, mais, tous deux ne seraient survivent en restant au Japon, seul contre le monde entier, la loi, l'état policier et le crime organisé étant tout deux a leurs recherches.

L'Agacement qu'il laissa paraitre qu'une fraction de seconde ne fut point accessible au regard de Chisei qui ne prit pas la peine de détourner le regard en direction de la personne avec qui il discute, seulement le regard, les deux prunelles des yeux de Sakki restent imprégner de cette colère qu'il a pourtant effacée de son visage en rapport de ce commentaire qui est pourtant si banal. Il ce redressa, ne prenant pu appui contre le tonneau d'alcool et termina son verre qu'il posa assez brusquement contre le tonneau pour qu'un son bien vif ce fasse entendre, chose qui donna probablement réponse au jeune renard sur la situation, bien qu'au final, il ne semble pas trop y faire réellement attention, histoire de faire changement.

Tu feras attention au croque-mitaine.

Qu'il rétorqua finalement sur un ton bien sec et froid alors qu'il reprit la direction de son fauteuil, prenant son paquet de clopes qui traine sur cette petite table installée rien que pour lui et en sortit une, allumant celle-ci avec son briquet, son regard ce portant de nouveau sur le plus jeune, sans rien dire, n'offrant rien d'autre que son regard assombrit comme simple attention alors que de toute manière, les échanges qu'ils ont ne sont jamais bien joviale et encore moins prolongé. Tous deux se supportant plus qu'autre chose, et ceci bien malgré l'accoutumance de la présence de l'autre, ceci dit, cette relation est bien loin d'être simple étant donné les bases et l'origine de celle-ci. Lorsque l'ancien Yakuza chercha a poser son regard ailleurs, a la seconde ou il tourna le regard, la voix de Chisei ce fit de nouveau entendre, celui-ci lui offrant des paroles qui peuvent être perçu de bien nombreuses manières, du moins pour l'ainé qui leva un sourcil suite a ses propos. Ne sachant point s'il devait être amusé, intrigué ou bien tout simplement offusqué par ses propos, il rétorqua.

Vraiment?

La cigarette aux lèvres, il marcha en sa direction, silencieux, de cette démarche lente et maussade qui ne laisse jamais rien prévoir de bon, ceci encore moins lorsque cela fait plus d'une fois en moins d'une heure qu'il se donne la peine de l'approcher. Cette fois-ci, il ne fit pas que ce placer tout simplement devant lui, mais, vint prendre place par-dessus lui, l'obligeant a décroisant les jambes afin d'assoir son fessier bien confortablement contre les cuisses du cyclope alors qu'il posa fermement une main contre le dossier de la chaise, celle-ci passant par dessus l'épaule du soumis alors que de son autre il vint retirer son bâton de péché qu'il avait entre les lèvres afin de la laisser tomber sur le sol, l'écrasant de son pied pour suite a cela saisir sans douceur le menton du voleur, l'obligeant ainsi a soutenir son regard de son oeil valide.

Il ne faut point tenter le diable.

Qu'il murmura alors qu'il lui impose toujours sa présence contre lui, si près! L'odeur de nicotine et d'alcool s'échappant d'entre les lèvres de l'assassin qui ne se retrouve pas très loin du visage de son collègue. Il relâcha donc doucement son menton, glissant ses doigts le long de la mâchoire du coloré, laissant ceux-ci descendre tout aussi lentement dans son cou, murmurant maintenant d'une voix un peu plus discrète, plus mystérieuse.

Ah moins que cela s'agisse d'une proposition. Seulement, je t'avertis, une fois entré en enfer, on en ressort jamais.

Les yeux de Sakki glissèrent sur le trajet que font ses doigts sur le corps de Chisei, ceux-ci faisant maintenant, mais, doucement glisser le col du kimono, dévoilant ainsi centimètre par centimètre la peau pâle, mais, parfaite du plus jeune et ceci sans toutefois, rien brusquer beaucoup trop curieux de le voir réagir et ceci bien plus amplement que cette envie de recommencer ce qui fut en quelque sorte le pilier de leurs histoires. Eh puis, faut bien le dire, cela peut être une alternative bien intéressante que cette sortie nocturne.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-11, 20:41

You're as pretty as a Swastika

Le claquement du verre contre le bruit du tonneau fut l'indication de l'agacement de l'homme qui le tenait, Chisei avait entendu et avait parfaitement compris mais cela ne le poussa pas à faire plus attention à Sakki, il se concentra réellement sur lui que lorsqu'il l'entendit parler une fois de plus. Le trouvant bien bavard aujourd'hui, le Rose eut un sourire qui s'agrandit d'amusement quand les mots de son collègue furent interprétés par son cerveau. C'est là qu'il ouvrit la bouche afin de lui lancer une réplique sur ce ton amusé qu'il employait régulièrement :

« Je lui servirai un verre ! »

N'importe quelle personne avisée dans le milieu sait bien qu'il ne faut pas montrer ses peurs et encore moins lorsqu'on sait qu'on est moins fort que la personne d'en face, Chisei le sait parfaitement et l'emploie constamment. Bien que là, sur l'instant il n'ait pas réellement peu malgré le ton bourru employé par le brun. Cela aurait pu le stresser, mais Akamatsu n'est pas d'une nature stressée, cela serait bien trop fatiguant pour des broutilles étant donné son entourage. Son calme et sa tranquillité en - presque - toutes situations en déconcerte plus d'un mais c'est ainsi, c'est toujours plus facile de réfléchir et de savoir ce que l'on fait lorsqu'on est calme.

Et maintenant qu'il avait balayé d'un simple coup de main l'avertissement de son compagnon, le Rose avait lancé une phrase à multiples sens possibles sans daigner le regarder et l'ex-Yakuza ne se fit pas prier pour répondre, comme demandant une confirmation de ce que le plus jeune venait de dire. Ce dernier n'en fit rien, se concentrant à moitié sur ses cartes et sur les pas qui s'approchaient de lui, tendant l'oreille pour toujours avoir une idée d'où pouvait bien se situer le plus vieux. Sa démarche lente et traînante était significative sur le mécontentement de Sakki et alors qu'il allait relever la tête pour poser le regard sur le brun qui se trouvait du côté où il n'y voyait pas, ce dernier se donna de lui-même à sa vue en apparaissant juste en face. Il serait mentir que de dire que son cœur n'accéléra pas juste un instant sous l'angoisse que l'homme aux cheveux noirs en vienne à le punir de ses paroles, mais le Coloré se reprit bien vite et bien malgré le corps de son vis-à-vis qui venait se poser par dessus le sien, écartant alors un peu plus la chaise de la table dans un grincement sinistre.

Le poids de Korosu était sur ses cuisses et Chisei en fut bien dérangé sans pour autant avoir envie d'offrir à l'homme la satisfaction de s'en rendre compte. Cependant, il resta aussi docile qu'une charmante marionnette quand le plus vieux l'attrapa par le menton, l’œil unique du Rose se posa sur le visage du brun sans possibilité de détour possible. Il aurait bien pu le fermer mais ça n'aurait fait que faire monter Sakki en tension, ce dernier aurait été brutal pour le forcer à le rouvrir, Akamatsu en était bien certain et c'était pour cela qu'il faisait ce qu'il attendait sans faire preuve du moindre excès de fierté qui serait très malvenu. Les mots qui suivirent sonnèrent de nouveau comme un avertissement, le deuxième en bien peu de temps. Le Rose se demandait bien pourquoi cet homme se sentait obligé d'être ainsi menaçant face à lui qui, concrètement, s'était montré bien sage depuis l'incident qui avait eu lieu il y a à présent plusieurs mois.

Chisei avait beau avoir l'habitude des buveurs et des fumeurs, il n'avait pas coutume de se retrouver aussi près de ceux-là alors l'odeur qui se dégageait de la bouche de Sakki l'incommodait mais cependant, c'était bien moins dérangeant que cette caresse qui se glissait sur sa mâchoire puis dans son cou. Et quand le brun parla de nouveau, le Rose ne pu contrôler le réflexe de son corps qui fit que ce dernier se tendit sous l'appréhension tandis qu'il sentit ensuite l'étreinte du tissus de ses vêtements se défaire lentement et sa peau se faire découvrir par les doigts de son collègue qui ne se privait pas pour y joindre son regard de pervers en manque. Le plus jeune ravala difficilement sa salive sous l'angoisse naissante qui le prenait aux tripes, se retrouvant un instant paralysé par cette émotion-là.

« Jamais je ne te ferais une proposition de cette nature. » déclara-t-il avec calme dans un premier temps mais il ne put retenir le ton sec que prit sa voix quand il enchaîna : « Retire tes sales doigts dégueulasses de mes fringues. »

Soudain il semblait se reprendre et surpasser ce sentiment négatif qui l'a pris. Il leva sa main et l'utilisa pour repousser celle de Korosu afin d'éviter l’effeuillage et empêche quelques caresses, aussi douces pourraient-elles être, qui pourraient s'égarer contre sa peau. Le plus jeune posa ses mains contre le torse de son vis-à-vis qui semblait bien installé et tenta de le repousser de toutes ses forces, quitte à le laisser se cogner les reins contre la table de jeu. Chisei qui prenait si souvent les choses à la légère se montrait à ce moment là très sérieux, il n'était pas dans ces projets de s'adonner à de telles choses et certainement pas avec Sakki qui l'avait déjà eu de force.

« Trouve toi quelqu'un d'autre pour faire tes saletés d'homme primitif. »

Le Rose se montrait patient et docile la plupart du temps mais à cet instant-là, Korosu allait trop loin pour lui avec ses gestes et Chisei ne voulait pas être l'objet de ces attentions-là. Ça le dérangeait et là il était bien incapable de s'en cacher, c'est exactement pour cette raison qu'il se montre aussi froid et sérieux et même qu'il se permet de se montrer un peu brutal avec le brun. Il tenait absolument à ce que ce dernier se décolle de lui.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-12, 14:56



Your freedom's not free and dumb

The day that love opened our eyes
We watched the world end
We have "high" places but we have no friends
They told us sin's not good but we know it's great War-time full-frontal drugs, sex-tank armor plate




Bien attendu, les paroles que lui offrit le coloré furent nullement apprécier, non pas par le faite qu'il le repousse, c'était une option plus que probable, la chose qui fait en sorte que cela devient bien désagréable, agressante ; le ton, mais, surtout les mots employés afin de faire comprendre le message a l'ainé qui ne fut point réceptif a ses dires tout comme le voleur ne sembla point l'être vis-à-vis ses avances qui au final ne sont que le fruit de cette phrase rempli de sens et de sous-entendus qui peut être interprété de bien des manières. Eh puis, au final peut-être que cela donnera une petite leçon au plus jeune qui semble avoir par moment beaucoup trop de plaisir a être arrogant, moqueur envers son ainé, chose qui par moment le rends de très mauvaises humeurs et c'est bel et bien avec retenue qu'il ce retiens de lui présentement des exemples physiques de son mécontentement. Malheureusement pour lui, aujourd'hui Sakki est loin d'être patient, l'ennui, le manque de divertissement, tel un animal pris d'ennuis dans une énorme cage au zoo. Boire et fumer sont deux choses qu'il adore faire, mais les divertissements de l'ancien Yakuza ne se limitent pas seulement à cela.

Cette main qui vint retirer celle qui se glissait contre son épaule, l'autre qui poussa contre son torse avec une fermeté certaine bien que cela n'eut pas plus grand effet qu'un enfant qui désire que sa paternelle quitte le divan en le poussant, croyant être capable de le déplacer. L'ancien Yakuza ce redressa brusquement, et contourna la chaise, sans dire un mot, sans la moindre parole, laissant pour croire qu'il quittait afin de laisser la frustration ou bien la colère qui le porte ce déverser ailleurs que sur le pauvre voleur qui au final ne fait que chercher a défendre la seule chose qui lui appartient encore dans cette vie dans laquelle il est prisonnier ; son corps. Étant donné que sa vie est en quelque sorte entre les mains du tueur à gages. Toutefois, lorsqu'il eut peine dépassée la chaise, d'un geste étonnement vif et agile, il vint agripper la nuque du plus jeune, serrant ses grands doigts autour de celle-ci, son corps ce retournant donc face au dos de la chaise, Chisei complètement aveugle sur la situation. De son genou, l'ancien Yakuza vint coller la chaise bien solidement contre la table bloquant ainsi le torse du coloré contre le bord de celle-ci, venant donner un appui pour coller bien comme il faut son visage contre la table. Lorsqu'il vit une main ce bouger, il la saisit de sa main de libre, la plaquant tout aussi solidement contre la vieille table de bois qui doit aujourd'hui être recouvert de bien des restants d'alcool séché vu le nombre de parties de cartes illégales qu'ils y ont faites.

La main qui c'étaient saisit du poignet du jeune renard ce déplaça jusqu'a sa main, venant glisser ses doigts entre ceux du plus jeune afin de bien maintenir cette main dans la sienne, écrasant celle-ci sans retenue alors que son corps ce pencha sur le sien, son corps ce collant contre le dos du plus jeune qui ce retrouve une fois de plus dans une situation qu'il aurait probablement préféré éviter, tout comme le plus vieux qui aurait fort préféré la première option, mais, il ne lui laisse point le choix de lui faire comprendre la chose, de lui remettre un peu les idées en place... Serait-ce l'impatience de Sakki ou peut-être le caractère de plus en plus désinvolte de son collège? Peu importe.

Mes sales doigts se poseront où je veux..

Qu'il vint murmurer d'une voix bien rauque et résonnante de frustration, de colère vis-à-vis son oreille, ne se gênant point pour laisser glisser sa langue le long du globe de son oreille. Peine eut-il eu le temps de glisser cette langue perverse, vicieuse contre l'oreille que le brun vint humer l'odeur de la chevelure de Chisei, douce et arrogante ivresse qui ce propose chaque jour sous son regard auquel il retient de lui jeter son envie malsaine, cette mauvaise et bestiale envie de profiter de son corps encore et encore, faut-il qu'il le respecte un minimum pour qu'un violeur ce retienne de tels actes?!

Je ne supporte pas le refus Chisei.

Qu'il rajouta alors qu'il serra son emprise contre sa nuque, l'immobilisant de ce même faite, sinon le pauvre homme ce retrouvera avec le cou cassé. Collant ses lèvres dans le cou de celui-ci afin d'y imposer une marque, une morsure bien visible, le marquant de ce petit souvenir qui bien douloureux soit-il lui rappellera sa place, ce moment, cette patience que démontre le Brun a son égard, mais, surtout cette fatalité, ce jour ou la patience ne sera plus, cette journée ou les murs tomberont, sans retenue. Puis sans prévenir, il relâcha tout, ce redressant de façon brusque, brisante tout contact avec Chisei, ce dirigeant mine de rien jusqu'a la cage d'escalier, laissant simplement une dernière parole ce rajouter alors qu'il disparut dans la cage d'escalier.

Soit sage.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   2015-01-12, 21:49

You're as pretty as a Swastika

Chisei ne souhaitait qu'une seule et unique chose à cet instant là : c'était que Sakki veuille bien se décoller de son corps et s'en aller immédiatement. Mais quand le brun se leva, le travesti trouva ça bien trop facile, bien trop beau pour être vrai, il se doutait bien que son comportement envers le dominant ne resterait pas impuni. Il n'avait aucune idée de si ça allait lui retomber dessus immédiatement ou un peu plus tard mais la question ne resta pas en suspend bien longtemps car après être passé derrière lui, le brun se rapprocha et l'attrapa par sa nuque si délicate et sensible. C'est ainsi qu'il se retrouva avec le visage plaqué contre la table à ne plus voir du tout l'ex-Yakuza ce qui n'était pas du tout pour le rassurer. D'ailleurs, la peur s'installait déjà dans son corps à cet instant là, sentant tous ses muscles se crisper d'appréhension sous le contact du corps de Korosu venir se coller contre le sien, lui offrant une sensation chaude mais peu agréable dans ces conditions. D'une main légèrement tremblante il tenta de trouver le bord de la table pour avoir un appui et soulager son ventre dans lequel le bois s'enfonçait de façon douloureuse. Son espoir fut écourté quand la main du brun attrapa son poignet pour le ramener contre la surface collante et malodorante de la table avant que leurs doigts ne se retrouvent entremêlés sans la tendresse que signifie bien souvent cet enlacement de doigts. A cet instant même, il n'y avait qu'une bête et une créature effrayée, écrasée par tout le poids du prédateur et qui essaye de se débattre sans pouvoir rien faire pour s'extirper de cette mauvaise position.

Les paroles du brun ne firent qu'ajouter au dégoût du Rose qui, ayant la joue gauche écrasée sur la surface crasseuse ne pouvait même pas apercevoir son visage, gêné par son propre nez et le cache-œil qui protégeait son organe esquinté qui se trouvaient alors dans son champ de vision. Ses doigts se crispèrent, ses ongles manucurés tentant vainement de s'enfoncer dans la table alors que la langue de l'être libidineux contre sa peau lui donnaient un frisson d'horreur et de pur dégoût.

« Arrête... S'il te plaît... » supplia-t-il à l'entente de la déclaration de ce fait qu'il savait déjà mais contre lequel il ne pouvait s'empêcher d'aller.

Bien malgré son orgueil bien enflé, Chisei avait bien appris que face à certaines situations il fallait savoir remballer sa fierté et laisser son ennemi prendre la force. C'est comme l'idée de faire le mort face à une bête sauvage, le même principe, laisser l'autre perdre l'intérêt de faire face à un corps résistant. Pas certain que ça marche certes, mais le Rose s'offrait le luxe d'espérer que Sakki n'irait pas plus loin que cette agression qui donnait à Akamatsu cette mauvaise sensation d'être harcelé sexuellement par son collègue comme une pauvre secrétaire avec son patron. Mais là ce n'était pas la peur d'être renvoyé qu'il avait, juste celle de mourir ou simplement que ceci recommence encore et encore, dès que l'idée passerait dans la tête du pervers qui lui servait de gardien et de bourreau.

Soudainement, il sentit les lèvres du brun dans son cou ce qui eut pour effet de tendre encore plus son corps angoissé et brutalement, les dents de Sakki vinrent mordre sa chaire douce et tendre, ce qui extirpa sans mal un cri de douleur de la part de Chisei qui ne s'attendait pas du tout à ça et qui en souffrait énormément puisque son collègue n'y allait pas de main morte quand il enfonçait ses incisives et ses canines dans la peau délicate de l'efféminé qui n'a visiblement pas développé une grande tolérance à la douleur malgré ce qui lui est arrivé par le passé.

Et d'un coup, plus rien. Plus de morsure, plus de contact contre son corps. Chisei rouvrit son œil qu'il avait clos sous la douleur et aperçu Korosu s'éloigner de lui. Il en profita pour se redresser légèrement sans grimacer malgré l’écœurement qu'il avait ressenti en sentant sa peau se décoller de la surface de la table crasseuse et pour cause que le Rose avait décidé qu'il ne serait pas la femme de ménage du bar et que Sakki ne semble pas prêter attention à l'hygiène. Personne ne cédait, ça restait sale. Certes. Le voleur prendrait le temps de se passer un coup d'eau mais pour l'instant il voulait juste que le brun se casse.

« Je suis toujours sage. » répondit-il en s'enfermant dans le bureau avec l'intention de finir ses comptes une fois que Sakki eu disparu de sa vue.

Malheureusement, après ce grand coup de stress, la concentration ne fut plus là, alors il attendit que l'heure vienne et finit par aller dans les toilettes pour se nettoyer la joue et les mains avant de se mettre à son poste, derrière le comptoir et faire comme si rien de tout cela ne s'était passé comme d'habitude et sans montrer le moindre trouble. En tout cas, il fut bien rassuré que Korosu soit hors de sa vue car bien évidemment après ça, il n'avait aucune envie de le voir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINÉ]Don't bother to resist, I'll beat you Ft. Chisei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOKYO REBORN :: LE REPOS DU SOLDAT :: Archives :: RPs-