AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Like a dream -TERMINE-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Points : 575
MA TÊTE : Miura Haruma
J'AI : 24 ans
JE SUIS : Japonais
MessageSujet: Like a dream -TERMINE-   2015-01-14, 15:26

Aujourd'hui était une banale journée de cours à Shindai. Ren, ou plutôt Hiroki, avait cours dès le matin à 9h20 et finissait aux alentours de 12h30. Il avait un cours de langue des signes en petit groupe, un jeu d'enfant pour lui. L'enseignante avait d'ailleurs été étonnée des progrès fulgurants de Ren, car il était plutôt du genre à avoir un poil dans la main et à venir en classe une fois sur deux. Sa soudaine assiduité et ses compétences presque excellentes en langue des signes avait surpris non seulement l'enseignante mais bon nombre de ses camarades de classe. Il avait reçu beaucoup de questions et s'était même fait convoquer par la prof une fois. Il lui avait simplement expliqué qu'après avoir bien réfléchi, il avait réalisé que sa conduite n'était pas idéale et qu'il avait -enfin- décidé de se reprendre en main. Le plus torturant pendant l'entretien était d'entendre la voix du véritable Ren marteler dans un coin de sa tête en disant des choses telles que « mais sérieusement, tu vas tuer ma réputation en me faisant passer pour un petit intello ennuyeux ! ». Hiroki avait ignoré les voix comme il l'avait pu mais cela avait été vraiment insupportable.

Désormais l'effet de surprise était dissipé et il pouvait enfin suivre le cours normalement. Il pouvait même parfois se permettre de rêvasser un peu puisqu'il connaissait déjà la langue des signes par cœur, pour l'avoir pratiquée près de trois ans. Il communiquait d'ailleurs toujours presque instinctivement avec les gestes accompagnant sa voix. Cela avait pas mal étonné ses amis qui ne l'avaient jamais vu se comporter ainsi. Mais que voulez-vous, les gens changent … Et quoi qu'en dise l'ancien propriétaire de ce corps, Hiroki avait pris la ferme décision de faire de la vie de Kagami Ren quelque chose de plus honorable qu'avant. Il avait calmé ses participations à différentes fêtes, soirées et autres nomikai en tout genre pour se concentrer davantage sur ses études. Hiroki était plus qu'heureux d'être à l'université car dans son ancienne vie, il n'avait pas eu l'occasion d'y entrer, faute d'argent à cause des frais d'hôpital. Fini le petit boulot mal payé de secrétaire où il se faisait exploiter par son employeur. Il découvrait les joies d'être un étudiant à la fac et pour le moment ça lui plaisait. Par contre, il avait beaucoup à rattraper car il n'avait jamais étudié les sciences du langage et comme Ren était supposé être en 3ème année -il avait quelques années de retard car il avait changé d'études en cours de route, il lui fallait rattraper toutes les connaissances des trois années précédentes, autant vous dire que ce n'était pas une mince affaire. En avril prochain il était supposé préparer l'entrée au Master mais il était bien parti pour retaper son année, vu tout le travail qu'Hiroki avait à faire.

C'était maintenant la pause de midi et il se rendit tranquillement à la cafétéria avec ses amis -ou plutôt ceux de Ren. Il avait un peu du mal à s'intégrer à ce groupe de gens bruyants et animés seulement par les sorties où il y avait de l'alcool. Lui qui était de nature calme et quelque peu solitaire car studieux, cela lui donnait du fil à retordre. Qu'importe.
Ils s'installèrent tous à une table libre et commencèrent à manger. Un peu distrait, Hiroki n'écoutait pas vraiment les conversations et faisait balader son regard dans la salle. Quand soudain il se posa sur une jeune fille aux traits qui lui étaient très familiers. Il cligna plusieurs fois des yeux, se les frotta et finit par se pincer la joue pour voir s'il ne rêvait pas. Hanae ?! Mais que faisait-elle ici ? De...depuis quand était-elle à Shindai ? Il ne s'en était pas rendu compte avant ? Il … Il était bouleversé. Son cœur s'était mis à battre à tout rompre. Il fallait qu'il lui parle. Mais … Maintenant qu'il était Kagami Ren, ils n'étaient plus que des inconnus l'un pour l'autre. Il lui fallait trouver une raison pour aller lui parler. Il ne savait pas quoi … Il voulait absolument lui parler, telle une obsession. Il avait maintes fois rêvé de la revoir à Shinkyo depuis sa réincarnation et voilà que ses prières se réalisaient … Il n'en revenait pas.

« Ren ? Ca va ? Tu es avec nous ? » lança l'un de ses camarades.
« Euh, oui, enfin … attendez je reviens, j'ai un truc à faire » répondit-il en se levant, prenant son plateau avec lui.

Il laissa ses amis étonnés et se dirigea vers l'endroit qu'occupait Hanae. Elle était seule. Il pourrait donc lui parler tranquillement. Il imaginait déjà ses « amis » parler dans son dos en ricanant et en commentant des choses telles que « ahah il est parti draguer ce petit malin ! ». Il s'en contrefichait. Il s'assit devant la jeune femme, et ne sachant que dire de mieux, il lança du tac au tac :

« Salut. Euh, tu manges toute seule ? »


Dernière édition par KAGAMI Ren le 2015-01-31, 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-15, 00:13

Une journée bien grise. De bon matin déjà, on pouvait entendre les rafales de vent claquer contre les volets, faisant vibrer la porte d'entrée par moment. Mais si peu pour la réveiller. Hanae dormait encore comme une marmotte, enfoncée au fond de son lit, blottit contre une couverture bien épaisse. Tout naturellement, elle se leva en trombe, constatant l'heure déjà bien trop avancée. 8h20. En sortant du lit, elle mît ses deux pieds dans un tas de feuilles. Soupire. La jeune japonaise était de retour sur les bancs de la fac depuis peu, deux semaines précisément, de ce fait, elle avait manqué un semestre entier. Des tonnes de lecture à rattraper, des fiches à établir, des dossiers à rendre. Elle n'en voyait plus le bout, se couchait très tard pour se lever tôt. Épuisée, elle se précipita dans sa petite salle de bain afin de se préparer un tant soit peu. Un jeans, un sweet shirt imprimé dans lequel dépassé négligemment un t-shirt. Elle prit son grand sac, y enfourna ses notes, un carnet, des livres... Et sans plus de cérémonie, elle quitta les lieux pour rejoindre Shindai.

Elle y allait seule pour s'y retrouver, toujours, seule. Toutefois, la solitude ne lui pesait pas, ne lui pesait plus, trop occupée, le nez dans ses bouquins constamment. Rigoureusement et soigneusement, elle s'impliquait, presque machinalement dans le travail d'étude. Cette attitude studieuse attirait déjà l'attention et l'admiration de ses professeurs. Tandis qu'une rumeur qui veut qu'Hanae après avoir perdu son petit ami ait fait un long séjour en hôpital psychiatrique, se propageait comme une traînée de poudre auprès de ses camarades. Non loin de la vérité, son état physique ne faisait qu'accroître l'authenticité de ce ragot. En effet, la jeune fille avait peu d'appétit, les poignets très fins, le teint pale et le regard dur. On ne l'approchait pas, la remarquait peu. Et c'est tant mieux, pensa-t-elle.

L'heure du déjeuné. Hanae rejoignit calmement la cafétéria, prit le menu B et s'installa près d'une énorme baie vitrée. Sa place favorite actuellement. Personne en face d'elle, personne en contact direct. Elle disposa un livre à la couverture abîmée face à elle. Tantôt, les yeux rivés sur les pages anciennes, tantôt, le regard perdu dans l'horizon. Il pleuvait. De larges gouttes perlaient en dessinant des arabesques somptueuses contre la vitre. Elle n'avait mangé que la moitié de son assiette et s'en contentait. Elle semblait totalement perdu dans d'obscures pensées mais la vérité est, qu'Hanae, ne pensait justement à rien. Évidement, elle entendait la petite tempête qui agitait les arbres dans la cours. Elle décernait quelques brides de conversations, ici et là. Toutefois, elle se sentait comme protégée par une bulle transparente, comme un petit dôme qui la séparait du monde extérieur. Une voix plus sourde que les autres vint taper son oreille droite. Quelqu'un avait percé la "bulle", justement. Elle tourna la tête spontanément vers son interlocuteur. Un air serein. Vide.
Un beau brun, aux prunelles bien sombre s'était installé face à elle. Son regard poignarda instantanément celui du jeune homme, brut. Elle fut quelque peu surprise par cette visite inconnue. Néanmoins, elle finit par lui accorder un tendre sourire.

- Oui. Je... je mange seule.

Elle écarta son livre pour lui faire un peu plus de place, fit semblant ensuite de prendre une nouvelle bouchée de son plat, sans grande conviction, uniquement pour combler le blanc. Le jeune homme est l'un des premiers contact direct depuis son retour. Elle était prise de court. Elle releva la tête et continua de le fixer sans un mot. Ils lui manquaient. Son vis-à-vis, quant à lui, semblait stupéfait de la voir. Pourquoi ? Elle décerna quelque chose dans son regard, elle n'aurait su l'expliquer.
Doucement, elle amena ses doigts délicats contre sa bouche rosée, elle tira doucement sur l'une de ses lèvres, se la mordant ensuite.

- J'ai quelque chose sur le visage ?

Un être normalement constitué se serait accommodé de quelques politesses, comme des présentations. Mais Hanae avait se sentiment profond et inconscient qu'ils étaient inutiles. Bien qu'elle ignorait tout de ce garçon pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points : 575
MA TÊTE : Miura Haruma
J'AI : 24 ans
JE SUIS : Japonais
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-15, 23:58

Hiroki ne l'avait pas immédiatement remarqué car il était encore sous le choc de se retrouver face à son ancienne fiancée qui représentait tout pour lui. Mais maintenant qu'il était assis en face d'elle et l'observait de haut en bas -sans grande discrétion il devait l'avouer-, il remarqua à quel point elle avait maigri. Déjà qu'elle n'était pas bien épaisse à l'époque où ils sortaient ensemble, ses poignets s'étaient vraiment beaucoup affinés et les traits de son visage légèrement creusés. Hiroki ne savait pas ce qu'elle avait pu traverser depuis son décès. Il était mort en février 2014 et s'était réveillé dans ce nouveau corps en décembre 2014, autrement dit onze mois plus tard. Presque une année s'était écoulée depuis sa mort et comme il était resté entre le monde des morts et celui des vivants, il était en sorte de transition et n'avait pas su ce qui s'était passé pour Hanae. Il ne pouvait que l'observer, impuissant, à travers cette enveloppe corporelle dans laquelle elle ne pourrait même pas le reconnaître. Il ne savait pas quoi faire. La séduire à nouveau pour avoir une chance de la retrouver ? Lui avouer qu'il était lui, Hiroki, et qu'il ne l'avait jamais oubliée ? Non, il ne pouvait pas lui faire du mal comme ça. Il ne savait même pas si elle avait fini de faire son deuil, alors lui annoncer de but en blanc qu'il était Hiroki ? Elle risquait de ne pas le croire, ou de ne pas le supporter.

Elle mangeait seule. Et le livre posé contre le verre montrait que c'était visiblement une habitude chez elle de manger seule. Pourtant Hiroki avait connu Hanae plus sociable et enjouée, bien que discrète. Il devait avouer ne pas tant la reconnaître, si ce n'est son joli visage angélique. Il était un peu déboussolé. Et il ne pouvait cesser de la fixer. C'est ainsi qu'il reçut une question de la part de la jeune femme, qui lui demanda si elle avait quelque chose sur le visage. Inconsciemment, Ren -ou plutôt Hiroki-, rougit. Et c'est ce moment que choisit l'ancien propriétaire du corps pour se manifester sous forme de pensée résonnant dans sa tête :

« Ne me dis pas que c'était elle ta copine ? Elle est canon dis donc ! Mais un peu maigre. »

Hiroki tenta tant bien que mal d'ignorer ces propos vexants, surtout que pendant ce temps il était comme absent et elle devait se demander quel était son problème. Il déglutit le plus discrètement possible et, détournant subitement le regard d'Hanae, finit par lui répondre :

« Euh, non … J'avais juste une impression de … de déjà-vu. »


Il n'avait pas pu s'en empêcher. Mais il pourrait toujours se rattraper en disant qu'il l'avait aperçue dans un couloir de la fac ou quelque chose comme ça. Enfin, il se débrouillerait et improviserait. Il s'en sortait toujours en général. Mais là, cette fois, les mots lui manquaient. Il avait tellement l'habitude de ne plus pouvoir lui parler, qu'elle communique en langue des signes pour le mettre à l'aise. Bien qu'il puisse entendre ce qu'elle disait car il n'avait jamais perdu son ouïe, petit à petit Hanae communiquait majoritairement avec lui en langue des signes, comme pour être égaux. Ca l'avait touché.

« Tu étudies dans quelle filière ? » demanda-t-il, accompagnant instinctivement ses mots de gestes liés à la langue des signes.

Il observait maintenant l'assiette à moitié pleine d'Hanae. Elle avait visiblement perdu l'appétit, car il ne l'avait jamais vue laisser une assiette vide. Certes elle ne mangeait pas énormément mais elle finissait en général toujours ses plats. Plus il voyait ce genre de détail, plus son cœur se serrait. Il voulait savoir ce qu'elle était devenue après sa mort mais d'un autre côté, il avait très peur d'entendre la vérité, et de devoir y faire face ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-16, 01:28

Évidement, Hanae avait changé. Aussi bien physiquement que par de son comportement. On ne se sort pas sans séquelle d'un tel traumatisme. Il lui tordait encore les tripes chaque jour, avait creusé son visage d'une immense tristesse et le charmant minois de son défunt fiancé venait régulièrement hanter ses courtes nuits. Elle y pensait encore, à Hiroki. Et lorsque son souvenir lui revenait en mémoire, elle sentait son corps se consumer de l'intérieur, une douce torture, tandis qu'elle avait envie de sourire et à la fois, ses yeux ne pouvaient s'empêcher de se remplir de larmes. Une tornade d'émotion. Hormis Hiroki, plus rien ne l'animait de la sorte. Autrefois, le vent seul soufflant sur son visage pouvait la faire rire. Il n'en ait plus. Elle évitait, avec succès, tout contact avec les autres élèves, ne se liait à rien d'autre qu'à ses livres, parlait peu. L'attachement lui faisait affreusement peur inconsciemment et elle s'empêchait de toute force de retomber dans un cycle d'auto-destruction une nouvelle fois. Sur ce, il eut fallu que son esprit ait été en permanence occupée, c'est pourquoi, elle avait toujours le nez dans un bouquin, un cahier ou le crayon à la main. Néanmoins, cela ne faisait pas d'elle une personne désagréable pour autant.

Elle fixait toujours son interlocuteur, la curiosité, l'étonnement, lorsqu'il lui répondit qu'il avait cette impression de déjà vu. Ah bon ? Comment aurait il pu l'avoir déjà aperçu alors qu'elle déambulait comme un fantôme dans les couloirs de la faculté. C'en était presque ridicule. Il détourna le regard, tandis qu'elle continuait à l'observer sans manquer le moindre de ces faits et gestes, comme s'il était un alien pour avoir eut le courage de venir à son encontre. Elle le considérait presque comme tel, d'ailleurs.

- Tu sais, je ne pense pas qu'on se soit déjà vu, je fréquente la fac depuis la semaine dernière seulement et si nos regards s'était croisés, je t'aurais reconnu.

En plus d'être intelligente, Hanae avait une mémoire visuelle redoutable. En un coup d'œil, elle scannait et mémorisait l'information simplement. Elle lui répondit sur un ton doux mais tranchant. Sûre d'elle sur ce point.

Soudain, un mouvement, puis un autre, le jeune homme bougeait ses mains, ses doigts avec délicatesse, fluide. Retournement de situation. Hanae ouvrit grand les yeux, la marque d'un étonnement. Il venait de lui parler en langage des signes de la façon la plus naturelle du monde. Les sourcils de la jeune japonaise se fronça légèrement alors, elle ne s'attendait pas à ce genre d'issue d'une telle rencontre. Nostalgie brutale. Comment ne pas l'être ? Elle avait passé deux ans de son existence à s'exprimer par des gestes. Après une grande inspiration, elle ferma un court moment ses yeux, chassant tout démons de son esprit puis lui répondit de la même façon :

- Tu parles la langue des signes ? Je n'aurais jamais pu deviner. Comment se fait-il ? Moi, j'étudie la littérature.

Son cœur s'était serré un moment, elle agrippa son pull puis sourit tendrement afin de ne rien faire paraître. Pratiquement un an et le moindre détails avait le pouvoir de ranimer le feu, la douleur, encore. Un combat de tous les jours. Mais Hanae maîtrisait bien les choses dorénavant. Une fille forte. Du moins, elle tentait de s'en persuader. Elle poursuivit, toujours dans la langue des sourds et muets :

- C'est drôle. Je ne pensais pas que tu me parlerais "ainsi". Depuis tout à l'heure, j'entends les ricanements de tes camarades, j'étais entrain de croire que tu étais venue pour te moquer de moi.

Il est vrai que de l'autre côté de la pièce, les amis du japonais ne cessait d'observer la scène avec grand intérêt. Il devait être très populaire pour avoir une joyeuse bande telle que celle ci, en déduisit elle. Il en avait tout l'air en tout cas, le style, la tête, l'attitude beaucoup moins toutefois. Mais elle ne s'en offusquait pas, ce genre de chose ne l'atteignait nullement et ne l'avait jamais fait auparavant. Elle sourit à nouveau, spontanément.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points : 575
MA TÊTE : Miura Haruma
J'AI : 24 ans
JE SUIS : Japonais
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-18, 16:51

Hanae avait l'air surprise du sentiment de déjà-vu de Ren. Normal, son apparence n'avait plus rien à voir avec celui qu'il était avant, sinon elle l'aurait reconnu immédiatement. Hiroki se sentait maladroit d'avoir sorti une telle bêtise devant elle. Mais il était perturbé par la présence de la jeune fille ici. Elle était la dernière personne qu'il s'attendait à voir à Shinkyo, pour être honnête. Et il se demandait si ses parents étaient là aussi. Ils projetaient de venir vivre dans le nouveau quartier peu avant sa mort et il ne les avait pas croisés. Peut-être avaient-ils abandonné le projet ?
La réponse d'Hanae était franche et efficace, faisant presque sursauter Ren. Il n'avait pas oublié comme la jeune fille était intelligente et vive d'esprit, et comme ses réponses étaient toujours très franches, mais il avait perdu l'habitude d'y être « confronté ».

« Tu n'es là que depuis une semaine ? Tu es une étudiante transférée ? Tu vivais dans le centre de Tokyo avant ? »

Que de questions. Hiroki était étonné qu'elle ne soit là que depuis une semaine, mais il comprenait désormais pourquoi il n'avait pas encore remarqué sa présence à Shinkyo, si elle venait tout juste d'arriver. Il avait encore mille questions à lui poser mais cela paraîtrait louche si cela touchait à leur ancienne vie privée, il se ferait démasquer aussitôt. Il n'était pas prêt à ce qu'elle sache d'ores et déjà qui il était, caché dans cette enveloppe corporelle. Il devrait donc se contenter de banales questions que n'importe qui pourrait poser.

Puis il avait continué à parler tout en utilisant la langue des signes, et elle lui avait instinctivement répondu dans la même langue, sans prononcer un seul mot quant à elle. Elle lui demanda pourquoi il savait parler la langue des signes tout en ajoutant qu'elle ne l'aurait jamais deviné. Puis elle ajouta qu'elle étudiait la littérature, ce qui n'étonna pas Hiroki une seule seconde. Elle étudiait déjà la littérature auparavant et écrivait même des histoires, soutenue par son professeur d'université. Hiroki se souvint même avoir été un peu jaloux quant au fait qu'elle passait parfois journées et soirées seule chez lui. Mais il avait une confiance infinie en la jeune fille et il savait qu'elle ne l'aurait pas trahi.
Il répondit alors en langue des signes :

« C'est parce que j'étudie les sciences du langage, ainsi que la langue des signes. La littérature, c'est intéressant ! C'est pour ça que tu lis même en mangeant ? »

Cette fois il n'avait pas utilisé sa voix, seulement ses signes. Cela le rendait terriblement nostalgique.

« Et toi alors ? Comment se fait-il que tu parles la langue des signes ? »

Il connaissait la réponse, mais il se demandait ce qu'Hanae allait bien lui répondre. Après tout, Ren était un inconnu à ses yeux et elle n'allait peut-être pas lui raconter sa vie privée. Trouverait-elle une excuse pour éviter le sujet ? Il n'en savait strictement rien, il verrait bien.
Puis Hanae poursuivit, en lui disant qu'elle pensait au départ qu'il était venu se moquer d'elle car elle entendait les ricanements de ses amis derrière eux. Il retint un soupir, que pouvait-il répondre à cela ? C'était à peine s'il les connaissait, et il les trouvait pitoyables de se moquer ainsi. Il répondit donc en langue des signes :

« Bien sûr que non, je trouvais dommage que tu sois toute seule. Mais laisse tomber, ils sont un peu puérils … ahah ... »


Que dire de plus de toute façon ? C'était la vérité. Des gamins à l'université.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-25, 23:48

Hanae observait toujours son vis-à-vis avec curiosité. D'un naturel profond, il enchaînait la conversation comme s'ils étaient camarades de classe, bien forcé à faire connaissance, car étant dans la même formation, ou alors, assis côte à côte. Toutefois, ce fut loin d'être le cas. C'était le jeune homme, lui-même, qui s'était spontanément déplacé pour la rencontrer, elle. Longtemps que la japonaise n'avait pas conversé de cette manière et encore moins en langage des signes. Une nostalgie soudaine envahit son corps tout entier, ses lèvres s'étirèrent en un doux sourire avant de disparaître aussi subtilement qu'il était apparu. Elle ne sut que répondre à ses questions, elle détourna le regard un moment et resta ainsi, plongé dans le vide. Déterminée à commencer une nouvelle vie, elle n'avait aucunement envie de comter son petit exil dans les montages et encore moins ressasser le passé. Elle resta furtive, très vague :

- Oui, depuis une semaine, c'est ce que j'ai dis. Je vivais non loin de Tokyo jusque là et puis, je suis venue ici reprendre mes études.

Il lui était plus aisée cependant de s'exprimer de la sorte, avec des signes. Dire les choses de vive voix lui donnait l'impression de s'exprimer solennellement, une sensation qui lui était désagréable. Oui, avec les gestes, il était d'avantage plus facile pour Hanae de se dévoiler. Et puis, seul le jeune homme aux pupilles sombres pouvait en capter le sens à cet instant. Cette conversation semblait bien plus intime de ce fait. Sa bulle s'était élargit et avait englobé l'étudiant dans son petit espace privé et privilégié, tandis que le reste de la cafétéria tournait comme si de rien n'était, tournait comme s'ils n'existaient plus tout les deux en ce lieu. Il lui répondit qu'il apprenait les sciences du langage dans la filière prévue à cet effet et il était juste, elle avait entendu parler de cette dernière et elle se sentait sotte de ne pas y avoir penser simplement. Elle hocha la tête lorsqu'il lui fit remarquer que même à la pause déjeuner, Hanae avait ses yeux sur les lignes d'un bouquin. D'ailleurs, elle le saisit et le rangea soigneusement dans son sac. Evidemment, il lui retourna la question en ce qui concerne sa maîtrise parfaite de la langue des signes. Elle déglutit, soupira par la suite. Son visage s'était assombri, ses yeux devinrent bien plus obscur, d'un noir opaque, vide. Et tandis qu'elle semblait propice au dialogue plus tôt, il n'en fut plus du tout le cas brutalement. Violemment, même. Une douleur frappa sa poitrine.

- C'est personnel.

Pourtant, les mots se dessinait dans sa tête, irrépressiblement.

J'ai longtemps aimé un garçon et il est devenu muet suite à un accident. Non, en fait, la vérité est que je l'aime toujours et que tu m'ennuies.

Elle baissa les yeux sur son assiette et se pinça les lèvres nerveusement, les larmes lui montèrent aux yeux. Incontrôlable. Elle n'entendit rien de la suite de ses paroles. Prise de panique, elle se leva, droite comme un piquet. Toujours la tête baissée, elle enfila son manteau, fixa son sac à son épaule et saisit son plateau. Cette question fut trop violente pour son âme encore brisée, elle pensait sincèrement être dans la maîtrise à présent mais elle s'était surestimée sur ce point. Fuyant le regard du jeune homme, elle grommela quelques mots, sec :

- Je suis désolée, j'ai vraiment du travail qui m'attend. Salut.

Tel un fantôme, elle s'évapora et se réfugia secrètement dans la bibliothèque de l'université.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points : 575
MA TÊTE : Miura Haruma
J'AI : 24 ans
JE SUIS : Japonais
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   2015-01-31, 14:44

Elle avait, comme il s'y attendait, détourné le sujet sans mentionner l'existence d'Hiroki. En même temps il pouvait comprendre, il était censé être mort et sans doute qu'Hanae avait assisté à son enterrement. Son véritable corps dans lequel il était venu au monde pour la première fois était maintenant enseveli à des mètres sous terre et en train de se consumer un peu plus chaque jour. Et pourtant son esprit avait résisté, comme refusant de partir. Peut-être parce que c'était trop tôt et qu'il estimait avoir encore des choses à accomplir. Mais à quel prix? En volant égoïstement la vie de quelqu'un d'autre pour prolonger et poursuivre la sienne? S'il avait eu le choix, Hiroki aurait sûrement refusé. Mais puisque la nature, ou je ne sais quelle entité en avait décidé autrement, il fallait qu'il fasse avec et que les deux âmes coopèrent.
Elle vivait non loin de Tokyo. Oui, ça il le savait, et il savait même précisément où. Elle avait décidé de reprendre ses études à Shinkyo. Cette information avait interpellé Hiroki. Il ne se souvenait pas qu'elle ait interrompu ses études.
Il avait donc du se passer quelque chose de plutôt grave pour qu'elle ait arrêté ce qui lui tenait à coeur. Mais il avait senti le malaise d'Hanae quand il l'avait questionnée à propos de sa venue à Shinkyo, donc il décida de ne pas la gêner davantage et se contenta d'un :

" Je vois. Bienvenue ici alors! "

Puis la conversation s'était poursuivie, toujours en langue des signes, mais elle tourna mal. Il était allé trop loin et le sujet semblait trop sensible et douloureux pour Hanae, qui coupa court en lui disant que c'était personnel. Elle avait baissé la tête et ne parlait plus en langue des signes. Elle semblait vraiment troublée , mais pas énervée. Mais Hiroki n'aurait jamais du lui poser cette question. Elle avait rangé ses affaires, s'était levée et était partie précipitamment après lui avoir dit qu'elle avait des choses à faire. Il ne s'y attendait tellement pas qu'il resta bête assis sur sa chaise, incapable de se lancer à la poursuite de la jeune fille. Elle s'était enfuie de toute façon et,même si Shindai n'était pas une fac immense, il ne pouvait pas savoir où elle était partie.

Un peu hagard, il retourna donc s'asseoir auprès des camarades de Ren et écouta à peine leurs remarques lourdes et désagréables.
" Ren, c'est bien la première fois que tu fais fuir une fille! D'habitude elles sont à tes pieds!"
" Depuis quand tu parles aux gens en langue des signes toi? "
" Merci de ruiner ma réputation p'tit gars " résonna la voix de Ren dans sa tête.
Mais de toute façon il n'écoutait personne, il ne pensait qu'Hanae et au fait qu'il l'avait blessée au point qu'elle s'enfuie. Il s'en voulait terriblement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Like a dream -TERMINE-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Like a dream -TERMINE-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOKYO REBORN :: LE REPOS DU SOLDAT :: Archives :: RPs-